29/02/2004

Le portable !

Monra a été hospitalisé pendant qqs jours : c'est lui qui écrit pour moi et donc vous n'avez plus eu de mes nouvelles ! Monra va bien et peut donc reprendre mon journal...
Clément est donc revenu nous chercher dans la forêt pour nous annoncer la formidable nouvelle : ma famille, que je croyais morte sous les rafales des mitraillettes des soldats, ma chère famille que je croyais avoir perdue à tout jamais, ma famille adorée, mes frères, mes soeurs, ma maman : ils sont tous VIVANTS !!! Je n'avais plus peur de rien ... Il fallait que j'aie de leurs nouvelles ... Nous sommes sortis en courant de cette forêt où je pensais finir mes jours et, pleins d'espérance, nous avons suivi Clément qui nous a menés dans le camp de réfugiés où il habitait avec sa famille. Je vous expliquerai comment nous avons été "accueillis" dans ce camp que la Croix-Rouge venait d'abandonner ... mais d'abord, je vous raconte le miracle du "téléphone portable" (je n'en avais jamais vu ! il n'y en avait pas au Rwanda il y a 10 ans !) : ce tél appartient à  un rwandais appelé Ananie qui habite dans un village tout près du camp et qui se fait payer pour pouvoir utiliser son appareil. Clément, le débrouillard, avait ce qu'il fallait pour que je puisse téléphoner à une personne qui habite Liège en Belgique et qui connaît ma soeur. Un rendez-vous est pris pour que ce soit ma soeur qui téléphone : inutile de vous dire mon impatience ! J'étais au rendez-vous une 1/2 heure à l'avance ! et lorsqu'il a sonné, mon coeur battait à tout rompre ! Ce premier contact fut difficile car nous pleurions toutes les deux, Justin me serrait contre lui et les enfants pleuraient de concert... J'ai quand-même appris que toute la famille était en exil en Europe : Maman en Hollande avec un de mes frères et Christine (qui a eu un petite fille : je suis tante !), et le reste de la famille en Belgique et ils ont tous réussis leurs études et sont en bonne santé ... Eux aussi me croyaient morte ! Quelles émotions !!! Imaginez-vous l'incroyable aventure que j'ai vécu... Cela n'empêche que je ne peux plus vivre dans ce camp insalubre... Il y va de la santé de mes enfants !

23:52 Écrit par monra | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.